Communiqué de ASMA (Action Solidaire pour Marafa) suite à la conference de presse de Issa Tchiroma sur l'Avis rendu par le Groupe de Travail de l'ONU sur la Détention Arbitraire.

Publié le par Action Solidaire Pour Marafa

Communiqué de ASMA (Action Solidaire pour Marafa)  suite à la conference de presse de Issa Tchiroma sur l'Avis rendu par le Groupe de Travail de l'ONU sur la Détention Arbitraire.

Le 15 juillet 2016, face à la presse, le ministre de la communication Issa Tchiroma Bakary porte-parole du gouvernement, a réagi sur la décision (Avis N°22/2016) du Groupe de Travail sur la Détention Arbitraire de l'ONU, demandant la libération de Marafa Hamidou Yaya.

Après analyse, nous (ASMA) constatons que cette sortie du Ministre Tchiroma visant à banaliser cette décision (Avis), n'est en réalité qu'une manœuvre pour distraire l'opinion nationale et entretenir le flou sur son impact, et retarder au maximum son application.

Nous tenons à rappeler au Ministre Tchiroma que le groupe de travail sur la détention arbitraire fait partie intégrante de toutes les dispositions de l'ONU signées par le Cameroun.

Bien que n’étant pas une juridiction, le Cameroun a accepté d’être lié à cet organe spécialisé lors de son adhésion à l'ONU en 1960 et par conséquent se doit de respecter ses avis et recommandations, afin d'exister dans le concert des Nations dignes et respectables.

Sur un autre plan, nous dirons que l'analyse du groupe de travail sur la détention arbitraire a été objective et impartiale car cet avis a été rendu selon les normes de travail de cet instance, après que le Cameroun ait accepté de prendre part à la procédure en fournissant les éléments de réponse aux nombreux griefs portés à son encontre. Ne pas prendre en compte cet avis serait faire preuve de mauvaise foi.

Par ailleurs nous soulignons et maintenons que la détention de Marafa Hamidou Yaya qui ne repose sur aucune base juridique légale car l'accusation n'ayant jamais fournie les preuves de détournement, est en réalité arbitraire, non conforme à la législation nationale et standards internationaux signés et ratifiés par le Cameroun.

Ce procès a cessé d’être une procédure « normale » pour devenir un procès politique lorsqu'il y'a eu des entorses graves aux Droits, des violations flagrantes et grossières des règles élémentaires de Droit en vigueur au Cameroun. Ces aberrations ne pouvant qu’exprimer la volonté du politique à travers le Judiciaire de maintenir Marafa Hamidou yaya en prison.

Nous invitons par conséquent le gouvernement, à se ressaisir, à cesser cette campagne d'auto-dénigrement enclenchée par le ministre Tchiroma qui contribue à ternir l'image de notre pays et de la Justice camerounaise sur la scène internationale, à prendre courageusement acte de cette décision, de tout mettre en œuvre et ce, dans un bref délai pour exécuter cette recommandation et libérer Marafa Hamidou yaya car nous ne tolérerons plus assez que Marafa soit injustement détenu.

Fait à Bruxelles le 19 juillet 2016

Fabrice Njayou

Porte-parole de ASMA ( Action Solidaire pour Marafa)

asmarafa-overblog.com

actionsolidairepourmarafa@yahoo.fr

0032 465 49 03 03

Publié dans Communiqués

Commenter cet article