L'ONU à travers son comité des Droits de l'Homme, demande la Libération immédiate et le dédommagement de Marafa Hamidou Yaya

Publié le par Action Solidaire Pour Marafa

L'ONU à travers son comité des Droits de l'Homme, demande la Libération immédiate et le dédommagement de Marafa Hamidou Yaya

C'est Suite à une plainte déposée par les avocats de Marafa Hamidou Yaya auprès de l'ONU , que le groupe de travail sur la détention arbitraire à ce sujet, avait interpellé le Cameroun le 01 juillet 2015.

Suite aux nombreux griefs portés à son encontre, les éléments de réponse proposés par le Cameroun le 30 sept 15 sur la base de son code de procédure pénal et des instruments juridiques internationaux, n'avaient pas suffis à convaincre cette instance spécialisée en charge des droits de l'homme.

C'est ainsi que lors de ses travaux, une décision sous forme d'avis, adoptée le 27 avril 2016 et demandant formellement la libération de Marafa hamidou Yaya assortie d'un dédommagement a été notifiée au Cameroun en début de mois de juin par le groupe de travail sur la détention arbitraire du comité des droits de l'Homme de l'ONU.

Dans cet avis, l'instance Onusienne propose même au Cameroun si cela l'enchante, de reprendre le procès Marafa, cette fois-ci en respectant les dispositions légale du code de procédure en vigueur et les conventions internationales ratifiées par le Cameroun, en particulier le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Ce rapport revient de long en large sur les nombreuses irrégularités constatées lors du procès et durant toute la procédure.

Par ailleurs, nous apprenons par exemple de ce document, qu'un rapport de police datée du 04 août 08 et un autre du 02 février 2010 émanant cette fois du bureau du procureur de tribunal de grande instance du Mfoundi, auraient tous les deux conclus qu'aucune preuve n’était trouvée quant au détournement de fonds par Marafa Hamidou Yaya. Et pour des raisons que nous connaissons tous, Marafa a quand même été condamné.

Cette décision de l'ONU intervenant quelques mois après la confirmation de la condamnation de Marafa par la Cour Suprême , est un désaveu pour la justice camerounaise et l’opération épervier.

Tout ceci étale aux yeux du monde la vérité selon la quelle, Marafa n'est pas en prison pour une histoire de détournement de fonds mais pour des raisons politiques.

AVIS N°22/2016 du Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU sur Marafa

Le Porte parole de ASMA

Fabrice Njayou

Publié dans Littérature

Commenter cet article

HAMADOU djoda 18/07/2016 17:34

Libere marafa