Jeannette Marafa : l'action militante d'une femme en campagne pour la libération de son mari.

Publié le par Action Solidaire Pour Marafa

Jeannette Marafa : l'action militante d'une femme en campagne pour la libération de son mari.

À peine sortie de maladie, Jeanette Marafa a reprécisé la position de sa famille lors d’une conférence sur les droits de l’Homme au Cameroun.

La Cour suprême du Cameroun a récemment réduit la peine de Marafa Hamidou Yaya, de 25 à 20 ans. Pourtant, cette réduction de 5 ans semble insignifiante pour la famille de l’ancien ministre d’État. Surtout que, pour eux, il serait juste de le libérer tout simplement.

Aussi, lors de la dernière célébration de la journée dédiée aux droits de l’Homme, Jeanette Marafa, épouse du détenu, déclare lors d’une conférence de presse que «cette journée pour nous est triste parce qu’elle nous rappelle les quatre ans de malheurs qui sont tombés sur nous et que nous continuons de subir», lit-on dans le quotidien Le Messager paru mercredi 1er juin 2016.

Devant ce qu’elle considère comme une injustice, Jeanette Marafa entre en campagne internationale en vue de la libération de son mari. Elle n’hésite d’ailleurs pas à faire un portrait plutôt élogieux de son époux: «Tous ceux qui connaissent mon mari savent que c’est une personne qui n’est animée ni de haine ni d’amertume. Tout ce que je souhaite, c’est que les autorités camerounaises reviennent à la raison et libèrent mon mari», déclare-t-elle.

Pour ajouter de l’eau à son moulin, les trois enfants de Marafa ont eux aussi fait leur entrée dans cette campagne, indique le journal. En effet, le samedi 16 avril 2016 à Paris, lors de la journée de solidarité pour les droits de l’Homme au Cameroun organisé par le comité de libération des prisonniers politiques camerounais (Cl2p), ils ont distribué des centaines de tracts dans les artères de la ville de Paris.

Par ailleurs, les enfants de Marafa entendent désormais aller directement vers le public français que l’on sait très sensible sur les questions de droits de l’Homme pour plaider la cause de leur père. Avec pour objectif principal, souligne le journal, de faire pression sur le pouvoir de Yaoundé.

Lore E. Souhe

Publié dans Lu ailleurs

Commenter cet article