CAMEROUN,DE L’AVION À LA CASE PRISON : DÉPLACEMENTS DE PAUL BIYA

Publié le par Action Solidaire Pour Marafa

CAMEROUN,DE L’AVION À LA CASE PRISON : DÉPLACEMENTS DE PAUL BIYA
CAMEROUN,DE L’AVION À LA CASE PRISON : DÉPLACEMENTS DE PAUL BIYA

Trois ministres, un ambassadeur, un directeur général d’une société publique ont été « jetés » à Kondengui, suite aux opérations foireuses d’achats d’aéronefs pour le chef de l’Etat.

Jérôme Mendouga en est mort. L’ancien ambassadeur du Cameroun à Washington intervient auprès de Boeing aux Etats-Unis dans le dossier Albatros, à la demande du secrétaire général de la présidence de la République, J-M. Atangana Mebara, lorsque l’achat du Bbj 2 échoue et que l’Etat du Cameroun tente de sauver la face. Accusé du détournement de 121 millions FCfa, il est envoyé en prison. Jugé au Tribunal de grande instance du Mfoundi, il écope de 10 ans de prison. Le vieux se pourvoit en cassation. Entre temps, la justice lui sort une nouvelle affaire. Cette fois il est accusé au Tribunal criminel spécial du détournement de trois milliards FCfa en coaction avec J-M. Atangana Mebara toujours pour des faits qui concernent l’Albatros.

En prison depuis cinq ans, le ministre plénipotentiaire de 74 ans craque, déjà diminué par les conditions de détention. Il sombre dans la maladie et meurt en novembre 2014. Emporté par le Bbj 2 et l’Albatros. Inoni Ephraim, ancien Premier ministre, Jean-Marie Atangana Mebara, Marafa Hamidou Yaya, tous deux anciens secrétaires généraux de la présidence de la République et Yves Michel Fotso, ancien Administrateur directeur général de la Camair croupissent toujours en prison. Leur malheurs, dit-on, commencent le 24 avril 2004 lorsqu’à bord du Boeing 767-261 (Albatros), Paul Biya est informé que les volets des ailes du tout nouvel appareil ne rentrent pas.

Le chef de l’Etat se trouve dans l’avion avec sa famille. Panique à bord. Quelques minutes après l’incident est résolu. Loué à Boeing, l’Albatros est vite qualifié de « cercueil volant », bien qu’aujourd’hui il vole sous un autre pavillon. Paul Biya n’en veut plus. L’opération foireuse du Bbj 2, visiblement endormie est ressuscitée. L’Opération anticorruption Epervier s’abat alors sur les responsables soupçonnés de détournement. Ou alors soupçonnés d’avoir mis en danger la vie du président de la République et de sa famille…Aujourd’hui, ils croupissent en prison. Pour les avions du président.


© Le Jour : Eitel Elessa Mbassi

Publié dans Lu ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article